06/11/2007

Elle cherche un homme...

... c'est le cri que pousse mon amie Benjamine sur son blog, si vous pouvez l'aider...
http://benjamine.skynetblogs.be

 
Je trouve que les écrivains sont des êtres merveilleux. 
Les compositeurs aussi, figurez-vous.
Et les peintres et les comédiens et les chanteurs et les musiciens. Bref, tous les démiurges, tous ceux qui créent un univers qui jusque là n’existait pas. Ecouter Bach, Wagner ou Mozart, c’est croire en Dieu. Lire Shakespeare ou Yourcenar aussi et j’oublie Saint-John Perse.
L’autre jour, j’ai eu une illumination. J’écoutais distraitement France-Inter quand, subitement, je restai pétrifiée. C’était un mouvement des Variations Goldberg interprété par une pianiste chinoise, Zhu Xiao Mei. Quel bonheur ! Quelle révélation. Je croyais que Gould avait tout dit, tout fait de ces variations, eh bien, non ! il restait quelque chose à tailler de ce diamant, Mme Mei l’a fait et moi je me suis trouvée toute petite, enchantée, envoûtée et sans voix.
Alors, les petites mesquineries des uns et des autres, les jalousies, les chuchotements, les on-dit,  les silences qui en disent long, à l’écoute des Variations Goldberg, je n’en ai rien à cirer.
Il y a des gens qui se plaignent que la vie est moche, que le ciel est gris, la nature polluée et les animaux sauvages, que ce monde est impur, fappé d’une malédiction éternelle quand il n’est tout simplement pas aux ordres de Satan, le Grand Ordonnateur du Mal.
Ce sont les cathares modernes. Vous savez, ces Cathares, qui croyaient que le monde des phénomènes était impur, dominé par le Mal, que le « vrai » monde était  « ailleurs », au ciel et qu’il fallait détruire ce monde pour retrouver l’autre, le pur, l’immaculé, l’authentique.
Ils poussaient leur obsession, les Cathares, jusqu’à refuser le mariage et la procréation, le sexe était sale lui aussi, et les enfants des rejetons de Satan.
Les Témoins de Jéhovah qui sonnent à ma porte me racontent la même chose. Pauvres gens !
Ce monde qui nous entoure et qui se présente à nos sens ne mérite pas un tel procès. Il est ce que nous en avons fait. Il n’a rien demandé, rien exigé, il est à nous et nous le façonnons à notre image. C’est écrit dans la Bible, le rabbin de la rue Paradis me l’a dit (s’il me lit, je lui dis « shalom ! »).
Et notre image c’est pas très beau. Nous salissons tout ce que nous touchons. Nous, c’est surtout, les occidentaux qui consomment, consomment et consomment encore. Tellement que la nature en a marre et qu’elle nous fait sentir ses effets. Tellement que notre corps traduit l’excès sous forme de petits crabes qui nous bouffent lentement mais sûrement, cellules par cellules…
Pourtant que la nature est belle, belle comme le sourire de l’enfant, le regard de l’aimé, la noblesse du vieillard, le scintillement du soleil sur la mer, et le bruissement des feuilles qui se lassent en automne.
Et les yeux de mon chat…
Pourquoi y-a-t-il tellement de gens sérieux ? Ces politiciens qui ne changent rien au monde, ces religieux qui ne sont que des moralistes stériles et ennuyeux, ces philosophes qui n’écrivent que pour un aréopage qui peut les lire sinon les comprendre ?
Dois-je mentionner les autres, les fumistes, les escrocs, les diseurs de bonne aventure ?
A l’instar de Diogène je cherche un homme (ou une femme, pourquoi pas ?).
Assez de prophètes, de gourous, de pseudo-professeurs en mal d’amphithéâtre.
Je cherche un homme.
Si vous en trouvez-un, dites-le moi.
Demandez-lui s’il a un frère.
Ou une sœur…

15:39 Écrit par mitso dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour J'aime lire votre point de vue sur le mond actuel. Bien sûr ce n'est ni la faut de Dieu ni du diable si notre planète ne tourne plus tout à fait rond. Je crois que nous avons tous notre rôle à jouer

Bonne Journée

Écrit par : Isabeau | 07/11/2007

Les commentaires sont fermés.