31/01/2008

Arrosons l'arroseur !

Braves gens qui possédez un compte en banque, vous savez tous ce qui se passe si vous dépasez le découvert autorisé d'un fifrelin.
Depuis le bruyant dérapage de la SociétéGénérale, son PDG n'en finit plus de nous rassurer sur la solidité des comptes dela banque, de la perennité de son action, et patati et patata...
Ci-dessous, trouvé sur l'excellent site RUE89, un dialogue, ma foi pas si imaginaire que ça entre un client et le directeur de son agence...
Arrosons l'arroseur !

"Allo, la Société Générale, je passe vider mon compte..."

Société Générale, Boulevard Michelet, j’écoute!

Bonjour Mademoiselle, je souhaiterais parler à votre directeur d’agence, Monsieur Durant.

De la part de qui?

Jean Dubois, de l’entreprise Dubois et Cie.

Ah, bonjour Monsieur Dubois, comment allez vous?

Bien merci

Je vous passe Monsieur Durant.

...

Allo, allo, comment allez vous Monsieur Dubois

Bien merci. Je vous téléphone pour vous demander de préparer les soldes de mes comptes en vos livres; je viendrai les chercher , en liquide, cet après midi.

Le solde de tous vos comptes!? Mais… puis-je savoir pourquoi?

Monsieur Durant, j’ai les plus grandes craintes sur la solidité de la Société générale. Je crains que comme pour cette banque anglaise, dont j’ai oublié le nom...

Ah, la Northern Rock!!!...

C’est ça! Donc j’ai peur qu’une panique saisisse vos clients et qu’il devienne plus difficile sinon impossible de récupérer mes fonds.

Mais enfin, Monsieur Dubois,vous plaisantez, la Société Générale est solide. Notre bilan, nos fonds propres

Justement Monsieur Durant, je viens d’apprendre que vos dirigeants cherchaient une recapitalisation de 5 milliards d'euros, égale à la perte que l’on impute au jeune trader, Jérôme machin…

Mais, Monsieur Dubois, n’importe quel entreprise peut -être victime d’un accident, d’un aléa. Comme l’a dit notre Président, nous avons été victimes d’un spécialiste extrêmement fort en informatique qui a bénéficié de circonstances exceptionnelles… Nous n’aurons aucun mal à trouver ces fonds propres . Nos comptes sont audités par KKTR, deuxième agence d’audit mondiale et au dessus de tout soupçon. Nous sommes toujours noté AAA par l’Agence Goody’s.

Je connais ce discours, Monsieur Durant, mais que voulez vous, ma confiance est ébranlée, comme la votre l’était l’été, il y a trois ans.

Il y a trois ans? Ma confiance? Mais qu’est ce que vous voulez dire?

Vous ne vous souvenez pas? J'étais en vacances dans ma petite maison de Bretagne ou je vais toujours au milieu d’août, quand les affaires me laissent un moment de répit entre le commercial , les achats, les questions de personnel…

Oui ! Je sais que vous partez en août, et alors?

Vous qui étiez partis un mois en juillet, m’avez appelé sur mon portable . Mon plafond d’escompte de 100 000 euros était atteint, et le découvert dépassait de 3 000 euros , l’autorisation de 10 000 euros que vous m’aviez octroyée comme une faveur exceptionnelle deux ans auparavant. Je vous ai bien expliqué mes deux aléas, mes deux accidents: un de mes clients important, avait demandé un report d’échéance d’un mois suite à un incendie et un autre avait fait faillite alors qu’il me devait 5 000 euros , ce qui expliquait à la fois le remplissage de mon escompte et le petit découvert . Rien à faire, vous m’avez donné huit jours pour "rentrer dans les clous" comme vous m’avez dit.

Vraiment? Je ne me souviens plus…

Si! Si, j’ai dû revenir, vous donner en hypothèque ma maison de vacances en Bretagne, alors que vous aviez déjà ma résidence principale, et, ayant découvert que ma femme et moi étions mariés sous le régime de la séparation de biens, vous avez exigé sa caution solidaire pour élargir temporairement le découvert à 15 000 euros.

Ah, oui, cher Monsieur Dubois, maintenant que vous le dites...

Et vous vous souvenez des justifications que vous avez données pour cet ultimatum?

Euh!!! Non... Pas vraiment.

Mais si, mais si Monsieur Durant! Vous ne vouliez pas avoir d’ennui avec l’Inspection de la "Générale", qui disiez vous, est considérée comme la meilleure de la place; vous me disiez que vos lignes d’escompte et de découvert était étroitement surveillées, comme tous les autres risques de la banque! Que l’informatique très performante de l’établissement repérerait tout de suite mes dérapages...

Mais Monsieur Dubois, vos fonds propres…

Mon capital est de 40 000 euros Monsieur Durant, et mes fonds propres pouvaient donc largement absorber une perte de 10 000 euros ou 15 000 euros. Mais vous avez quand même exigé les garanties supplémentaires. Vous avez ajouté qu’en tout état de cause il m’appartenait de mieux contrôler les paiements de mes clients, de mieux les sélectionner, bref de mieux gérer, que la "Générale" ne pouvait se permettre de laisser les découverts déraper, que si un million de clients faisaient comme moi , la Société générale aurait à provisionner 3 milliards d'euros, ce qui entamerait la confiance dans la banque.

……….

Alors, vous comprenez, Monsieur Durant, devant une perte de 5 milliards d'euros, sur un seul trader, et tant que je ne sais pas si d’autres pertes ne vont pas être révélées , ni si la Société Générale va être recapitalisée, c’est au tour de ma confiance d’être ébranlée. Je dois être prudent, autant pour mon entreprise, que pour ma famille.

Préparez moi ces sommes pour cet après-midi.

 

 

http://rue89.com/

14:30 Écrit par mitso dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Sans commentaires... :) Bonne continuation

Écrit par : TTNE | 01/02/2008

Les commentaires sont fermés.