13/04/2008

Une confession qui monte.

   

Ev1

L’évangélisme est le seul mouvement chrétien en expansion dans le monde. Au détriment des confessions chrétiennes traditionnelles comme les catholiques. Que penser de ce mouvementqui fait peur à Rome et dont les politiciens américains recherchent le suffrage ?
En France il sont déjà 300.000.
Tout d’abord qu’il est très difficile de parler des évangéliques tant ils sont divers dans le fond et la forme. Il n’y va pas d’une appelation contrôlée, tout un chacun peut s’en prévaloir ce qui entraîne des dérives politiques et morales de toutes sortes.
On trouve de grandes communautés rassemblées dans des « mega church » , et puis, de plus petites concentrées autour d’un pasteur plus ou moins charismatique.
L’évangélisme se présente comme un anti-intellectualisme. Mais si Jésus s’en prenait aux docteurs de la Loi et aux Pharisiens, il était lui-même un « rabbi » ou supposé tel ; sa critique visait la mise en exergue de la lettre et la dépréciation du fond du message biblique.
Chez les évangéliques, la lettre écrite de la Bible est la Loi, que cette lettre soit traduite en un temps et un lieu donnés ne les gênent guère, toute exégèse est suspecte, toute interprétation entachée d’hérésie.
Cela peut s’expliquer dès lors que l’on ne compte, en France, parmi les évangéliques, que 7% de fidèles ayant fait des études supérieures et que bien des « pasteurs » de ce mouvement sont formés en six mois à peine.
D’où des interprétations qui conduisent au support d’une politique de guerre (en Irak et en Afghanistan),  à la légitimation du capitalisme, au support sans faille de l’Etat d’Israël, voire d’une apologie de la supériorité de la race blanche.
En France cependant,  la majorité des églises évangéliques ne se retrouvent pas dans cette mouvance extrémiste. La plupart de leurs ministres condamnent les guerres menée par le « Frère » Bush, supportent le combat des Palestiniens pour la création de leur Etat et condamnent la répression aveugle des Israëliens.  Ils rejettent comme infondée et fantasmagorique la croyance de leurs frères américains pour qui le retour de tous les juifs en Israël aurait comme conséquence la conversion de ces derniers au christianisme.
Bien des églises évangéliques, en France, animent une épicerie sociale ouverte à tous sans distinction de croyance.
Sur le plan théologique, ils reviennent tous au dogme de la prédestination que les églises protestantes historiques avaient rejeté depuis longtemps. D’où leur élitisme exacerbé. Il y a eux : les sauvés, et les autres :  ceux qui sont aux portes de l’enfer. Cette croyance névrotique les amène à un prosélytisme musclé du type : « convertissez-vous, les temps sont proches où vous ne pourrez plus le faire ! »
Névrotisme dans la croyance, paranoïa dans le comportement. Les évangéliques, comme toutes les minorités qui se croient élues, voient dans le contradicteur un ennemi qu’il convient de réduire au silence. Cette attitude de peur à conduit certains de leurs adeptes à assassiner aux Etats-Unis, des médecins qui pratiquaient des avortements.
Bien entendu, on ne peut se prévaloir de l’évangélisme et n’être qu’un évangélique « croyant mais pas pratiquant », ce qui est parfaitement normal dans ce contexte. Le militantisme musclé des évangéliques n’a de commune mesure qu’avec certaines sectes ou groupuscules d’extrême gauche. On est évangélique à temps complet. On se doit à son élgise, laquelle se doit au Christ, c’est ainsi !
Mais le militantisme a toujours une facette profane. Les évangéliques, et on les comprend, préfèrent oeuvrer dans un environnement politique qui leur soit favorable. D’où leur atachement à l’administration américiane actuelle et leurs pressions pour que l’adminisration suivante favorise leurs vues et leurs conceptions, principalement en matière de famille et de sexualité.
Que conclure de tout ça ?
L’évangélisme est un mouvement puissant et seul l’avenir nous dira s’il s’agit d’un feu de paille ou d’une lame de fond. Qu’il menace, en Amérique latine, le catholicisme est préoccupant pour ses zélateurs et n’est pas fait pour apporter une réponse juste aux problèmes qui se posent à ce continent émergeant..
La vraie question est cependant la suivante : est-il bon que l’expression religieuse soit monopolisée par des groupes qui récusent toute pensée critique de la foi, qui adulent l’expression écrite stricto sensu et réduisent la morale à une correction sexuelle hétéro-conjugale ?
La complexité des problèmes qui agitent le monde et ceux qui y habitent est telle que la réponse est : non !

Ci-dessus: église évangélique en France
Ci-dessous: dans la même comunauté urbaine, une autre église, plus petite et à vocation de "guérison".

Ev4

Ev3

 

 

12:30 Écrit par mitso dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Je confirme, Ces gens sont dangereux, j'ai grandi là-dedans : à 10 ans je voyais le monde comme ça : d'un coté, nous, élus de dieu, seuls détenteurs de la vraie morale et de la seule vraie Vérité, avec la mission d'y rallier tout les autres, les ramener dans le droit chemin, et puis les autres : en gros, le diable, le Mal. Je voyais vraiment les autres comme des monstres. Mettre des choses pareilles dans la tête d'un enfant est criminel. Par exemple, on m'avait convaincu que derrière le rock'n'roll, il y avait le diable en personne qui voulait pervertir la jeunesse, et que cela contenait une foule de symboles cachés anti religieux. Ou que le symbole peace and love des hippies était en fait Jésus en croix représenté à l'envers, à nouveau le diable, l'antéchrist ou que sais-je. Ils adorent ça, l'apocalypse, l'antéchrist, etc. Des fous dangereux. Et, effectivement, beaucoup de bourgeois, de notables, des gens riches.
Fort heureusement j'ai "perdu la foi", en tout cas celle-là jeune et développé mon esprit critique. Je suis athée, incapable de prouver ou pas l'existence de dieu, ce qui ne veut pas dire que je ne crois en rien, peut-être que je crois que dieu est en nous, qu'il est le meilleur de nous-même, de ce qu'on peut être...

Merci de parler de ça, on ne le fait pas assez ! En Belgique, si ce n'est pas comme aux Etats-Unis, ils sont tout de même friands de tout ce qui vient de là-bas : groupes musicaux, prédicateurs en tournée, films, etc...

Écrit par : Francis | 13/04/2008

Les commentaires sont fermés.