23/04/2008

Morale du Hamburger.

 

hamburger 1

 
Et si on parlait un peu religion ? Jentends par cela ce qui relie les hommes les uns aux autres (religare) plutôt que ce qui relève d’une attention pieuse ou d’une dévotion (relegere).
Les hommes sont reliés entre eux par la vie qu’ils partagent ici-bas, sur terre.
Cette terre est leur demeure commune, c’est elle qui les nourrit, les chauffe, les soigne par ses plantes, etc…elle est leur hâvre commun.
Cet hâvre en est un vériable pour une minorité, quinze pour cent de la population. Les quatre-vingt-cinq pour cent restants jouissent d’une protection  beaucoup plus restreinte, voire nulle.
Prenons l’Union Européenne qui subventionne l’agriculture et qui, à ce titre, dépense deux dollars U.S par jours par tête de vache. Cela fait sept-cents dollars par an environ, soit cinq-cent soixante euros.
Quand on sait que deux dollars par jour est le seuil en-dessous duquel un être humain vit en pauvreté et que c’est le cas de quelques milliards d’hommes et de femmes sur cette planète, il y a de quoi se poser des questions.
Drôle de morale que cette subvention. ..
Une vache nous donne son lait. Tous les bons médecins vous diront que le lait de vache est bon pour les…veaux.  Nous faisons de leur viande des steacks et des hamburgers. Tous les bons médecins vous diront que steacks et hamburgers sont à consommer avec modération.
Durant mon enfance, je m’en souviens très bien, nous consommions de la viande une fois par semaine et, le dimanche venu, la poule au pot du bon Roy Henry.
Pour nourrir les vaches il faut cultiver des champs et leur sacrifier beaucoup d’eau, une matière de plus en plus précieuse. Tout ça pour satisfaire une obession boulimique de carnassier ! Et en plus, cette obsession est subventionnée !
Et si on la réduisait cette subvention ? Si on la portait à un dollar, par exemple ? L’autre étant consacré à la lutte contre la pauvreté dans le monde. Cela ferait monter le prix du hamburger, baisser sa consommation en Europe et le Burkinabé ou son cousin Malien verrait leur quotidien amélioré et la faim quelque peu satisfaite. N’est-ce pas un devoir élémentaire de fraternité entre humains ? Une action politique et sociale rapprochant tous les hommes ?
Mais je suis naïf ! Je m’imagine que les puissants lobbies agricoles, les McDo et les autres vont se plier à cette règle élémentaire de solidarité. Et puis mes concitoyens, si prompts à donner un centime d’euro pour soulager leur conscience, vont-ils, comme ça, se priver de leur steack-frites préféré ? Je rêve là !
Pourtant, le péché grave est bien celui-là qui consiste à ne pas voir son frère qui souffre devenir la proie de la misère et de la faim.
Et les paysans, me rétorquerez-vous, ils vont devenir quoi ?
Avec ce truc qui consiste à cultiver des céréales pour les mettre dans le réservoir de nos si nombreuses et pollueuses voitures, je crois que, pour certains, il y a de beaux jours en vue. Avec ou sans vaches dans les champs.
Décidemment, il vaut mieux être vache en Europe que paysan au Burkina !

 

 

 

17:00 Écrit par mitso dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.